All for Joomla All for Webmasters
  •  

    Nous contacter par téléphone

    (+33) 04 90 30 01 21

  •  

    Horaires d'ouverture

    Lundi - Vendredi 9.00 - 18.00

Les caméras de vidéo surveillance plébiscitées lors du référendum

Plus de 75 % des votants au référendum organisé par la mairie se sont exprimés en faveur de l'installation d'un parc de vidéosurveillance.

Ce n’est pas franchement une surprise pour le maire. Jean-Louis Chauvet savait, en organisant cette consultation publique le 12 juin dernier à Oissery, que les voix seraient majoritairement favorables au projet. La question portait sur l’installation de caméras de vidéosurveillance dans le village d’un peu plus de 2000 habitants. Il devinait que « la majorité ne se sentait pas particulièrement concernée par le sujet et se laisserait porter par le résultat des urnes ». De fait, seules 316 personnes ont voté. Le « oui » l’a emporté, comme prévu.

Un référendum, pour quoi faire ?

Cette procédure est très encadrée. Pour que la décision sortie du scrutin soit obligatoirement appliquée, il faut que 50 % de la population concernée (plus une voix) s’exprime. Cette fois, à peine un quart des Ostéraciens a voté.

20 000 € de fonctionnement par an

Le plébiscite, reflet du souhait de 25 % de la population seulement, n’a donc qu’une valeur d’avis. Le premier magistrat indique que les demandes de subvention ont été envoyées. « Pour le lancement, on trouve toujours des financements. C’est la suite qui me dérange. » Il estime que cet équipement (dont la facture à l’achat avoisine les 161 000 euros) coûterait ensuite 20 000 euros par an, au seul titre du fonctionnement.